Brûlage et dépôts sauvages : des pratiques à proscrire

Le brûlage des déchets dans la cheminée ou au jardin est un acte dont on ne mesure pas toujours le danger.
Les fumées produites sont non seulement désagréables pour soi et pour son voisinage, mais surtout très dangereuses. Brûler ses déchets ne détruit pas les produits chimiques qu’ils contiennent. Le brûlage ne fait que modifier leur forme, entraînant des réactions chimiques imprévisibles et nocives pour la santé.

Concernant le brûlage à l’air libre, au-delà des risques de propagation d’incendie, les fumées produites entraînent une pollution de l’atmosphère et par conséquent une contamination du sol et des eaux.

En application de l’article 84 du réglement sanitaire départemental type, le brûlage à l’air libre des déchets ménagers et la destruction de déchets à domicile à l’aide d’un incinérateur individuel ou d’immeuble sont interdits et passibles d’une contravention de 3ème classe (jusqu’à 450 €) .

Cette interdiction s’applique également aux déchets verts, même en utilisant un incinérateur individuel. Le brûlage de 50 kg de végétaux émet des particules nocives et polluantes pour l’homme et l’environnement : autant qu’une voiture diesel récente ayant parcourue 5 900 km.

Les végétaux ont par contre de la valeur et peuvent être utilisés en paillage : 30 min passées à pailler équivaut à 5 h de moins à désherber, arroser, etc. Les tailles fraîchement coupées, inférieures à 1cm de diamètre, peuvent être broyées avec une simple tondeuse.

Pour aller plus loin sur la pratique du paillage, consultez le guide pratique « mon jardin malin ».

 

Tout dépôt sauvage d’ordures ou de détritus de quelque nature que ce soit est interdit et passible d’une contravention de 2ème classe (jusqu’à 150 €) – article R 632-1 du code pénal. Si l’abandon de déchets a été commis avec un véhicule, c’est une contravention de 5ème classe (jusqu’à  1500 €) – article R 635-8 du code pénal – qui s’applique.

L’interdiction de ces pratiques se justifient d’autant plus que des solutions existent pour gérer correctement les déchets sur notre territoire : la collecte des ordures ménagères, la collecte des emballages ménagers, les points recyclage pour le verre et le papier, le paillage et le compostage et en dernier recours l’utilisation des déchèteries.